Pyla5

Bonjour à tous !

Hier j'ai eu une conversation très intéressante avec une maman venue en atelier couture à la maison, et j'aimerais juste noter mon ressenti aujourd'hui à propos d'une chose qui me semble importante. C'est difficile, quand on est parents, de faire la part des choses entre ce que l'on entend tout autour de nous, les nombreux "conseils" que l'on reçoit en masse, et ce depuis l'annonce de le venue d'un petit être... "Tu verras...", "tu devrais...", "moi, quand je..." On est tellement vulnérables dans cette nouvelle aventure que tout ce que les autres peuvent nous dire nous touche énormément ! On a envie de les écouter parce que l'on se dit qu'ils ont certainement raison, ils ont vécu la même situation et donc, sont certainement de bons conseils. Pourtant, on le voit, ça ne marche pas toujours comme prévu. Et puis soudain, on entend tout l'inverse, encore quelque chose de différent. Et toutes ces informations nous font perdre nos repères quant à ce qui est important : écouter les besoins de son enfant. Car, au fond de soi, on sait comment faire. On sait ce qui est bon pour soi et pour son bébé. Et si cette petite voix qui murmure au plus profond, on la laissait s'exprimer? Et si on écoutait un peu plus notre propre ressenti et nos sens ? Car de toute façon, tout ce que l'on fait pour nos enfants, à partir du moment où ça vient du coeur, est forcément bon. Il n'y a pas de "bonnes pratiques", il y a ce qui est juste pour chaque parent et chaque enfant. C'est la base d'une éducation bienveillante. Voici un texte extrait d'un blog sur la parentalité positive que je trouve très juste à ce propos:

-l'éducation non violente n'est pas synonyme de parents parfaits ni même de parents qui cherchent la perfection , mais plutot de parents qui sont dans la remise en question de leurs actes et dans la quête de sens .

-les limites n'ont pas besoin de fessées ou de punition pour etre posées . des explications , une limite verbale , une action physique sans brutalité pour arreter un comportement sont amplement suffisantes . le comportement de l'enfant recomencera non par l'absence de coups ou brimades mais parceque les enfants ont besoin de temps pour intégrer la règle et le sens des choses . si les fessées et punitions posaient les limites , une seule administration suffirait pour stopper à jamais un comportement et ce n'est pas le cas.

-les enfants respectés grandissent en apprenant le respect des autres . ils sont moins enclin à la violence envers autrui ou envers eux-memes (addictions , délinquance , criminalité , anorexie-boulimie ...) . les enfants apprennent par l'exemple , par conséquent enseigner l'empathie et le respect à son enfant en lui montrant de l'empathie et du respect est la meilleure méthode pour qu'il intériorise naturellement ce fontionnement .

-la crise d'adolescence et son lot de révoltes envers les parents est souvent d'autant plus marquée que l'enfant à du se soumettre et obéir dans son enfance .

-l'enfant roi tel qu'il nous est présenté (enfant sans limites et sans respect des autres du fait de parents non violents ) n'existe pas : l'enfant roi réel serait un enfant qui n'a subit aucune brimade ni agressivité , sa nature humaine profondément bonne n'aurait donc pas été altérée par "l'éducation " , il n'aurait donc aucune raison de ne pas avoir de belles valeurs ou d'etre irrespectueux envers le monde qui l'entoure .les jeunes sans repères , délinquants et sans limites ont été des enfants qui ont connu la violence dans leur quotidien .

 -l'éducation non violente ne consiste pas à tout céder à son enfant , mais à poser des limites et à savoir dire non sans violenter l'enfant , que ce soit verbalement ou physiquement .

-l'éducation non violente n'est pas un acquis définitif , c'est un travail d'apprentissages , que ce soit en terme de connaissances , de compétences , de découverte de soi-meme et de ses enfants . c'est l'acceptation d'un cheminement .

-"une fessée n'a jamais tué personne ", non, c'est l'enchainement de fessées , et l'enchainement progressif de méthodes de plus en plus violentes qui tue, et qui peut toucher TOUS les parents . en revanche une fessée , une gifle , une tape , une bousculade brutale , peuvent entrainer des lésions physiques plus ou moins dramatiques et ce dès la première fois (hématome,bleu , lésions des nerfs , explosion du tympan , hémorragies internes, traumatismes crânien.....) et des lésions psychologiques immédiates à tous les "coups "(perte de la confiance en soi , baisse de l'estime de soi , début du mécanisme du refoulement ...)

-l'éducation non violente est la conscience de ce qui se passe en nous quand nous violentons ou crions sur nos enfants , l'envie de se libérer de ce carcan pour libérer nos enfants à l'avenir.

(http://bienveillante.canalblog.com/)

Voilà... Chaque parent dispose des compétences nécessaires pour élever son enfant. Il faut se faire confiance et avoir confiance en eux. Il y a beaucoup de travail à faire sur soi, par rapport à nos acquis, à notre expérience. Car pour pouvoir être attentif et à l'écoute des autres, il faut être en accord avec soi-même, il faut avoir fait le point sur nos véritables attentes et nos propres besoins, car nos enfants réveillent en nous les enfants que nous étions. Et ce n'est pas tant avec eux que nous luttons qu'avec nous-même.

Finalement, et si le bonheur se trouvait dans la satisfaction des besoins de base (contact, sécurité, confiance en soi) plutôt que dans la satisfaction materielle (un nouveau hochet, un transat avec bercement automatique, une tablette numérique...) ? Faisons-nous confiance et prenons juste le temps d'écouter notre voix intérieur, nos émotions, nos sensations. :)